ENTRE NOUS

J’ai subi le harcèlement scolaire à cause de mon poids !

A l'école primaire, des surnoms comme "bouboule", "big mac"

Je m’appelle Meyline, j’ai 17 ans. Je n’ai pas toujours été ronde, même si dans la famille on l’est un peu tous (lol), je me rappelle avoir beaucoup grossi vers mes 8-9 ans. A la maison on mange un peu comme on veut , chacun se sert, grignote comme il veut. Ma mère nous élève seule ,moi et mes frères et soeurs, nous sommes quatre. A l’école primaire , les camarades se moquaient de moi avec des surnoms comme « bouboule », « big mac ». Je riais et quand j’en avais marre je leur disais « c’est bon , ça suffit », soutenue par quelques amies.

J'ai beaucoup souffert durant ces années collège

Mais ça s’est aggravé au collège, pendant les cours de sport surtout, on m’appelait « grosses fesses », jusqu’à des filles qui disaient que je sentais mauvais et tellement d’autres vulgarités . Plus ils m’insultaient et plus je mangeai  de sucreries quand je rentrai chez moi. A 14 ans , j’ai eu beaucoup d’acné et ma mère m’avait ramenée chez une dermatologue, je n’oublierai jamais ce qu’elle a dit à ma mère . Que le plus important ce n’était pas l’acné ,que c’ était normal à mon âge par contre le poids ce n’était pas normal et qu’il fallait faire quelque chose pour « ça » en montrant mon corps du doigt. J’ai tellement pleuré ce jour là le soir dans mon lit, j’ai vraiment craqué. Je n’avais plus envie d’aller en cours, plus envie de sortir, je prétextai dès fois à ma mère que j’étais malade . Je me faisais vomir et je disais à ma mère que j’avais la gastro ou que quelque chose qui n’était pas passé. Comme ça je pouvais rester quelques jours à la maison et je mangeai encore plus.

J’ai beaucoup souffert durant ces années collège, j’avais envie de disparaître, moqueries sur moqueries, j’avais des copines mais à part une qui semblait sincère, les autres se moquaient de moi par derrière. Je me suis beaucoup renfermée , en plus même dans la famille, les tantes faisaient des remarques du genre : « mais tu vas où comme ça , tu ne fais que gonfler, les hommes n’aiment pas les corps comme ça »! Ma mère ne faisait que répondre « laissez la, du moment qu’on peut l’habiller où est le mal, elle aime manger la petite là »! 

Un ami et une diététicienne en or

Quand je suis arrivée au lycée, il s’est passé deux choses lors de ma seconde qui m’ont permis de retrouver le sourire . La première est qu’un garçon s’est interessé à moi, me voyant toujours seule , il est venu me parler, c’est un très bon pote . Il ne s’est rien passé mais ça me va car il est super gentil et sans jugements . J’aime sa compagnie! Puis la deuxième chose c’est qu’ils ont organisé au lycée un forum santé . Il y avait une diététicienne qui a expliqué qu’elle se faisait vomir quand elle était jeune , qu’elle était passé de la boulimie à l’anorexie puis son parcours jusqu’à devenir diététicienne. Son témoignage m’a touché car elle a bien expliqué le rapport difficile à la nourriture que peuvent avoir certaines personnes. J’ai pensé à beaucoup de choses aussi. Je suis allée la voir et elle a accepté qu’on en parle en privé. D’ailleurs je ne l’ai jamais dit à personne jusqu’à ce témoignage. En parlant avec elle , elle m’a fait remarqué que je mangeai beaucoup quand j’étais seule et triste et que c’était aussi peut être en relation avec le départ de mon père de la maison quand j’étais petite . J’avais oublié , c’est vrai que j’avais été super triste et que ma mère nous achetait tout ce que l’on voulait pour nous réconforter : bonbons gâteaux chips jus, fastfood. Elle ne m’a pas conseillé de régime à faire , on a discuté juste une fois mais ça a changé beaucoup de choses en moi. 

On souffre des insultes même quand on rigole

J’avais envie de témoigner pour dire aux gens qu’ils ne devraient pas insulter les personnes en surpoids car on en souffre beaucoup même quand on rigole. Les médecins et les adultes aussi doivent faire attention aux paroles blessantes et mots qu’ils emploient quand ils parlent de nous. Les parents aussi ne devraient pas utiliser certains aliments comme des récompenses même si je n’en veux pas à ma mère , ça me faisait tellement plaisir  ! Cette année je passe mon BAC, depuis la seconde j’ai perdu 10 kg en 2 ans que je n’ai pas repris. Je fais du sport avec mon fameux pote, on va marcher ensemble c’est tout. J’aime toujours autant les sucreries et ce qui est bien c’est que maintenant j’en prends juste à l’heure du goûter et je ne finis plus les paquets😅

Après le BAC, j’aimerai bien faire un BTS Diététique et des études de psychologie pour pouvoir aider les personnes qui subissent des moqueries parce qu’elle sont grosses , comme la Dietéticienne l’a fait pour moi . Elle m’a  juste écouté, elle ne m’a jamais dit : tu dois maigrir , elle m’a fait comprendre des choses !

Merci à KYMANI MAG d’avoir accepté mon témoignage ❤️

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.